les galettes esséniennes

De fines biscottes réalisées à partir de céréales germées. C’est la même base que le pain essénien, mais très facile à faire et conserve longtemps.

Ingrédients : 500g de blé ou d’épeautre (et 200g de sarrasin si vous aimez ça), 8 c.s d’huile V.P.P.F. (sésame ou olive), 1 à 2 c.s. de sauce soja (shoyu).

  1. Germer les céréales : faites tremper le blé ou l’épeautre (et le sarrasin) pendant une nuit dans de l’eau (n’oubliez pas que les grains vont s’imbiber de l’eau, donc mettez-en suffisamment, disons le double du volume de céréales en eau). Le lendemain matin, ou au moins 8 heures plus tard versez les dans une passoire pour en retirer l’eau de trempage et rincez les bien. Ensuite mettez un couvercle ou une assiette par dessus la passoire pour éloigner les graines de la lumière. Si votre passoire est transparente, mettez-la dans une armoire pour éviter encore une fois que la lumière n’atteigne les grains. J’imagine qu’on essaie de reproduire les conditions de la germination comme si la graine était sous terre : humidifiée et à  l’abri de la lumière.  Si vous êtes chez vous, pensez à réhumidifier les céréales fréquemment. Après deux jours les graines sont germées (ne laissez en tout cas pas aller la germination jusqu’au point où le bout du germe devient vert (signe d’une nouvelle étape dans le processus – apparition de la chlorophylle. Le germe est transparent ou blanc)
  2. Rincez les céréales germées : rincez consciencieusement les céréales germées de façon à évacuer d’éventuelles moisissures qui seraient apparues.
  3. Broyer à l’extracteur : passez à l’extracteur muni du cône broyeur. Si vous désirez une texture plus fine, vous pouvez passez une deuxième fois la pâte ou, pour les derniers modèles (muni de l’embout numéroté) placé l’embout numéroté dès le départ et le régler sur maximum 3.
  4. Rajouter les ingrédients liquides : l’huile et la sauce soja
  5. Etaler sur un papier sulfurisé en fines couches : placez la pâte sur un papier sulfurisé de la taille de vos grilles de fours. Mettez-y la pâte en boule. Recouvrez d’un autre morceau de papier sulfurisé et aplanissez à l’aide  d’un rouleau à tarte, d’une bouteille en verre ou quoi que ce soit que vous avez sous la main allez… j’étale pour ma part très finement, en fines galettes. Griffez la pâte en lanière pour faciliter le découpage  après cuisson
  6. Faire cuire au four : retirez la feuille de papier sulfurisé du dessus. Faites cuire au four soit à basse température à 65°C de 3 à 4 heures ou à 90°C pendant 1h30 soit à 180°C pendant 20 minutes. Si vous choisissez la version rapide, soyez vigilent, ça brûle vite.
  7. Conservation : dans un tupperware hermétique ou dans un sachet à pain pendant plusieurs semaines.
Publicités

6 commentaires

    • Je n’ai jamais essayé les galettes pur sarrasin, seulement pour 1/3-2/3 blé. Mais je pense que ça ne devrait pas être mauvais, d’autant que la germination adoucit les goût. Et comme on connait déjà les galettes au sarrasin dans certaines régions de France, ça ne devrait pas être mauvais… Concernant le quinoa, j’ai plus de doutes quant à sa consistance finale, j’ai l ‘impression que le résultat sera trop friable. Si un jour j’essaye je vous tiens au courant, et inversement, n’hésitez pas à nous faire partager vos expériences! Pour rappel, le quinoa, tout comme le sarrasin, ne sont pas des céréales à proprement parler mais des plantes. Elles sont riches en amidons, d’où le rapprochement avec la famille de céréales, mais manquent de « collant » pour la confection de pains, … Donc : à essayer et trouver des astuces pour palier le manque de gluten qui permet aux galettes de « tenir ».

  1. je viens d’acquérir un Jazz Max depuis vendredi dernier et je m’en donne à coeur joie! Quelle polyvalence! Et j’ai fait des galettes esséniennes en y ajoutant des herbes de Provence et quelques olives noires dénoyautées. Cela a donné de délicieux biscuits apéritifs qui ne sont pas restés longtemps sur la grille..!

  2. La pâte que j’obtiens est fort collante, au point que je ne parviens pas à enlever la feuille de papier sulfurisé du dessus. Auriez-vous un petit « truc » à me suggérer? Merci beaucoup

    • Oui, n’hésitez pas à rajouter de l’eau pour diluer la pâte avant cuisson. Et vous ne devez pas obligatoirement retirer le papier sulfurisé du dessus avant cuisson. Surtout si vous cuisez à haute température, cela rend la cuisson plus homogène.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s